CHINESE HISTORY COLLECTIONS(CONTINIU)

THIS IS ONLY SAMPLE,THE COMPLETE DR IWAN CDROM EXIST

 

Tong Bingxue’s Collection

 

 The Original Photo of Jade Tower (翠玉宝塔) in Paris Expo 1937

 

A Panorama of China pavillion in Panama Expo 1915

 

The original stereo photo of China industry model in 1904

 

 

The Exterior View of China Pavillion in Paris Expo 1889

 

The Estampe Featuring A Chinese Writer in Expo 1878 

 

The Interior View of China Pavillion in Paris Expo 1878

 

The Estampe of a Night Show in Chinese Theatre in Paris Expo 1867

 

 

 

 

·         Route de la Reine Le Jour de l’An chinois, à Hong Kong, Chine 1902

Par Dona Rodrigue dans CHINE ANNEES 1900 le 29 Novembre 2011 à 13:12

 

 

Route de la Reine Le Jour de l’An chinois, à Hong Kong, Chine 1902 Carlton H. Graves

 

L’image a été trouvée dans la Bibliothèque américaine de collecte des Congrès, sous le numéro reproduction LC-USZ62-118528.Un aspect agréable au rythme trépidant de Hong Kong, même à l’époque.

La photographie a été de la moitié droite d’une impression Stereoview.

En outre, il est noté que émulsions de film noir et blanc en ces jours ont été incapables de d’enregistrement de l’extrémité rouge du spectre des couleurs.Par conséquent, certains des panneaux sur les bâtiments à gauche, avaient probablement leurs lettres en rouge, qui a finalement été rendus en noir dans l’image finale, ce qui les rend très difficiles à discerner.En outre, les avoirs CH Grave image de l’Asie ont tous été pensé pour avoir été créé par George Hebert Ponting, le cinéaste célèbre de Scott “Terra Nova” expédition en Antarctique.Ponting au moment voyageait à travers l’Asie et a travaillé sous la rubrique «à louer» des arrangements.Ainsi, un nombre énorme de photos d’époque très bien connu de la Chine, les droits d’auteur à l’époque par divers éditeurs, ont été effectivement créés par Ponting.

 

 

 

 

·         La CITE INTERDITE en 1901

Par Dona Rodrigue dans CHINE ANNEES 1900 le 29 Novembre 2011 à 12:12

 

 

 

De la Société Hawley C. White et résidant maintenant dans la Bibliothèque du Congrès américain, une image qui fait le pont entre deux cultures, qui ont toutes deux sombré dans l’histoire il ya longtemps (la monarchie chinoise et la dynastie Qing sont tous les deux allés près d’un siècle). Société Hawley C. White ‘s a été l’une des compagnies les plus prolifiques d’image stéréoscopique jamais. Son catalogue aurait recensé plus de 13000 images assorties du monde entier, couvrant la fin des années 1800 grâce à 1915. Par ailleurs, il était capable de produire en masse ses photos par son invention d’un procédé automatisé de chambre noire dans laquelle les négatifs ont été placés sur papier photographique, bien exposé, et ensuite chimiquement développés, tout cela automatiquement par la machine.

 

 

La porte sud de la ville impériale, considérée comme la porte de cérémonie pour la Chine, était resté depuis l’époque Ming.Sous Qing règle, il avait été rebaptisé La Porte des Qing Grande , et également porté son titre public dans une exposition rare de chinois et mandchous texte.Après la chute de la dynastie Qing cependant, la porte a été rebaptisé une fois de plus, d’être appelée la Porte de Chine .Malheureusement, la porte historique lui-même n’est pas tombée aux mains des conquérants, mais à la planification urbaine.Il a été démoli en 1954 afin d’élargir la place Tiananmen, et qui deviendra plus tard le site du mausolée de Mao après sa mort en 1976.

De nombreux bâtiments historiques à Beijing, avaient leur double chinois – signes Manchu remplacés par les chinois après la chute de la dynastie Qing, même si certains peuvent encore avoir à la fois et peut être trouvés si on est assez de persévérance.

Malheureusement aussi, la langue mandchoue est aujourd’hui  s’ éteint de plus en plus, les derniers locuteurs natifs meurent.Cela pose des problèmes uniques pour des Qing historiens comme il n’y a plus personne qui comprend nativement le texte écrit Manchu.

 

 

 

·         Petites filles chinoises kidnappées, pour le travail… en 1904 Fuzhou, Fujian Sheng

Par Dona Rodrigue dans CHINE ANNEES 1900 le 29 Novembre 2011 à 01:39

 

 

 

L’image a été trouvée dans la collection Edward Bangs Drew tenue à la Bibliothèque de Harvard-Yenching de l’Université Harvard.Les informations qui accompagnent, a déclaré:

“Filles kidnappées, Foochow, trouvé caché dans une poubelle par l’inspecteur des douanes. Ces filles auraient été vendues comme esclaves. Caractères chinois sur le mont, à gauche de l’image.” L’info a également déclaré que la scène  s’est déroulée à Fuzhou, Fujian Sheng, Chine.

Cependant, ces caractères chinois imprimés sur le support de raconter une histoire légèrement différente:

“Kidnapped enfants de sexe masculin et féminin, totalisant 41, qui se tiendra en foyer d’accueil, Lam Hing Lan Compagnie, remis de navires dans les mers ouvertes. Douanes détention de 23 ravisseurs.”

Si l’on examine la photo de près, il devient assez évident que plusieurs des enfants sont en effet, les garçons (par leurs vêtements et coiffures).Seulement 27 des 41 enfants victimes censées apparaître sur l’image.

La vente d’enfants pour  une vie de servitude n’était pas rare en Chine, comme les esclaves étaient détenues par plusieurs familles riches.Les familles pauvres souvent considérées avec un fatalisme c’est bénin comme un enfant vendu en esclavage était encore mieux qu’un enfant affamé à mort. Cependant, quelques personnes peu scrupuleuses ont enlevé des enfants de leur voisin pour alimenter cette économie triste.

L’enlèvement et la vente d’enfants (et même les adultes) continue d’être une activité lucrative en Chine, à ce jour comme dans de nombreux pays..

 

 

 

·         TOMBEAU des MING 1900

Par Dona Rodrigue dans CHINE ANNEES 1900 le 29 Novembre 2011 à 00:47

 

 

 

Stèle du Pavillon, SacredWay, Tombeaux des Ming, Pékin, Chine 1900

Le titre original n’est pas connu.Toutefois, l’image est reconnue comme étant celle de la stèle ShenGong ShengDe (inscrit comprimé) Pavillon, qui est une partie intégrante de la Voie Sacrée (alias Spirit Way) de Tombeaux des Ming juste à l’extérieur de Beijing République populaire de Chine.L’image semble avoir été prise C1900, et l’attribution n’est pas connu [RESTAURER].J’ai retouché sur les taches et les défauts évidents, a égalisé le ton du ciel, le contraste et ajuster le ton.

Les Tombeaux des Ming n’ont pas toujours été une attraction très populaire.Pour des centaines d’années, ils ont essentiellement assis avec peu d’intérêt par la population en général.À ce jour, seule l’une des 13 tombes connues a été fouillé (et même qui a été une catastrophe).Sauf pour une Occidentaux passant quelques-uns qui ont pris des photos de la Disney-esque sur les animaux en pierre de taille, l’ensemble du complexe a été largement et généralement ignorée.Si cela n’était pas assez, pendant milieu du 20e siècle, des bouleversements au sein du PRC causé celui connu a ouvert la nécropole souterraine (celle de l’empereur Zhu Yijun Wanli 朱翊 aka) pour être saccagés et presque détruit par l’extrémisme politique.Selon une notation de wiki:

“Dingling (chinois: 定陵; pinyin: Ding Ling, littéralement« Tombeau de stabilité »), l’une des tombes sur le site des tombes Ming, est le tombeau de l’empereur Wanli Il est le seul des Tombes Ming. d’avoir été fouillé. Il reste également la seule tombe impériale ont été fouillés depuis la fondation de la République populaire de Chine, une situation qui est presque une conséquence directe sur le sort qui a frappé Dingling et de son contenu après la fouille.

L’excavation de Dingling a commencé en 1956, après qu’un groupe de savants éminents dirigé par Guo Moruo et Wu Han a commencé à revendiquer la fouille de Changling, le tombeau de l’empereur Yongle, la plus grande et la plus ancienne des Tombes Ming.Bien qu’il ait gagné l’approbation de Premier ministre Zhou Enlai, ce plan a été refusée par les archéologues en raison de l’importance et le profil public de Changling.Au lieu de cela, Dingling, la troisième plus grande Tombeaux des Ming a été choisi comme site d’essai en vue de l’excavation de Changling.Excavation achevée en 1957, et un musée a été créé en 1959.

Les fouilles ont révélé une tombe intacte, avec des milliers d’articles de soie, textiles, bois et porcelaine, et les corps de l’empereur Wanli et ses deux impératrices.Cependant, il n’y avait ni la technologie ni les ressources nécessaires pour conserver adéquatement les artefacts excavé.Après plusieurs expériences désastreuses, la grande quantité de soie et autres textiles étaient simplement entassés dans une salle de stockage qui a fui l’eau et du vent.En conséquence, la plupart des artefacts survivent aujourd’hui sont gravement détériorées, et les répliques sont plutôt exposées dans le musée.Par ailleurs, l’élan politique derrière l’excavation a créé une pression à achever rapidement les travaux d’excavation.La hâte signifiait que la documentation de la fouille était pauvre.Un problème sévère dès frappé le projet, quand une série de mouvements politiques de masse a balayé le pays.Cette escalade dans la Révolution culturelle en 1966.Pour les dix prochaines années, tous les travaux archéologiques a été arrêté.Wu Han, l’un des principaux défenseurs du projet, est devenu la première cible majeure de la Révolution culturelle, et a été dénoncé, et mourut en prison en 1969.Fervent Gardes rouges ont pris d’assaut le musée Dingling, et traîné les restes de l’empereur Wanli et impératrices de la face de la tombe, où ils ont été à titre posthume “dénoncé” et brûlés.Beaucoup d’autres artefacts ont aussi été détruits.

Il a fallu attendre 1979, après la mort de Mao Zedong et la fin de la Révolution culturelle, que les travaux archéologiques repris pour de bon et d’un rapport de fouilles a finalement été préparés par les archéologues qui avaient survécu à la tourmente.Les leçons tirées de l’excavation Ding Ling a conduit à une nouvelle politique de la République populaire de Chine le gouvernement de ne pas fouiller tout site historique, sauf à des fins de sauvetage.En particulier, aucune proposition d’ouvrir un tombeau impérial a été approuvé depuis Dingling, même lorsque l’entrée a été accidentellement révélé, comme ce fut le cas du mausolée Qianling.Le plan original, à utiliser Dingling comme site d’essai pour l’excavation de Changling, a été abandonné. “

Le ShenGong ShengDe Stèle Pavillon (alias le Pavillon Tablet) est la troisième structure que l’on rencontre en entrant dans le tombeau des Ming complexes (le premier étant la pierre commémorative Archway, et la seconde étant la Porte Dahong).Au-delà se trouve la longue promenade avec les célèbres statues d’animaux en pierre et ofiicials Ming.Il est également connu comme le Pavillon des Mérites Stèle divine et de la Vertu Sacrée de Changling.Le pavillon a été achevée en 1435 lors de la 10e année et le dernier règne des Ming empereur Zhu Zhanji 朱瞻基 (1425-1435 statué).Il était à l’origine de la construction bois, mais après un effondrement du toit de la structure a été remplacé par un autre de pierre, réalisée pendant la 52e année de l’empereur Qing Hongli (aka Qianlong) règne, en 1787 (exclu 1735-1796).Le pavillon abrite une stèle de 50 tonnes, avec une inscription composée par l’empereur Zhu Ming Gāochì (aka Renzong, gouverné de 1424 à 1425).Le texte du grand succès, mérites et vertus de son prédécesseur, Empereur Ming Zhu Di 朱棣 Laudes (Yongle aka, gouverné de 1402 à 1424), qui a été enterré dans le tombeau Changling.Le dos et les côtés de la stèle porte également des poèmes de Qing empereurs Hongli et Yóngyǎn (alias Jiaqing, gouverné de 1796 à 1820).Quatre HuaBiaos marbre blanc (c’est à dire les piliers d’ornement) à l’extérieur forment un quadrilatère, le pavillon est situé au milieu des quatre piliers, en ligne directe avec les sept kilomètres long chemin connu sous le nom de la Voie Sacrée ou Esprit.

Heureusement, les gens en Chine et c’est ont réveillé à la valeur de la préservation de son histoire, et les lieux culturels comme les tombes ont été préservés de la décomposition d’autres. Il ya peu d’empressement à ouvrir toutes les autres scellés voûtes souterraines jusqu’au gouvernement de la RPC est assuré que le contenu, une fois retiré, peut être pleinement protégés. Dans un sens, je regrette que je ne serai pas là pour le voir. Mais d’autre part, mes enfants, ou leurs enfants, et en effet, le peuple chinois dans son ensemble, aurait l’avantage d’une culture récupérés qui permettraient de mieux résister aux rigueurs du temps. C’est probablement le meilleur résultat que tout historien peut souhaiter.

 

 

 

·         CHINE 1901 canton

Par Dona Rodrigue dans CHINE ANNEES 1900 le 29 Novembre 2011 à 00:20

 

 

 

 

·         CHINATOWN 1909 SAN FRANCISCO

Par Dona Rodrigue dans CHINE ANNEES 1900 le 29 Novembre 2011 à 00:17

 

 

 

 

·         Marchand, chanteuse Chine 1901

Par Dona Rodrigue dans CHINE ANNEES 1900 le 29 Novembre 2011 à 00:16

 

 

 

 

·         Chanteuses chinoises 1901

Par Dona Rodrigue dans CHINE ANNEES 1900 le 29 Novembre 2011 à 00:14

 

 

 

 

·         CHINE 1907

Par Dona Rodrigue dans CHINE ANNEES 1900 le 29 Novembre 2011 à 00:01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique

 

 

Hankow, 1897 P.P.C. “Pour Prendre Congé” overprint issue complete (Chan LH26-30), full o.g., fresh mint, F.-V.F., scarce set.
Estimate HK$ 2,000 – 3,000. Realized HK$ 18,000

 

Hankow, Postage Due, 1895, 20¢ blue on buff, Type III (Scott J13. Chan LHD13), used, full margins, fresh, Very Fine.
Estimate HK$ 1,000 – 1,500.

 

 

 

 

China was not a U.P.U. member in the Ch’ing (Qing) Dynasty. When the Imperial Post Office started operation in 1897,

mail exchange with foreign countries had to rely on so called “Guest Posts” – alien postal organizations set up and operated in China by Western Powers.

In general, each of the foreign offices handled certain area of the world, and the I.P.O. also had preference for transmission. For instense, mail originated from Wenchow and north sent to Shanghai and forwarded to F.P.O., B.P.O. and I.J.P.O. Mail originated from Foochow and south sent through Hong Kong via H.K.P.O.

There were some exception, for example, mail for U.S. originated from Foochow sent to Shanghai I.J.P.O. instead of Hong Kong(126)

 

 

 

Japan print

 

London print

 

The Qing Postmark History

 

Pa kua Tientsin

 

Pa Kua Shanghai

 

Pa Kua Wuhu

 

Dollar date Wuhu

 

Dollar Date Canton

 

Dollar Date Amoy

 

Dollar Date Tientsin

 

Dollar Date Peking

 

Dollar Date Chinkiang

 

Dollar Date Kiukiang

 

Dollar Date Ichang

 

Shanghai official

 

Shanghai Local post

 

S.Custom airmail matter

 

Custom Shanghai

 

Peking 1901

 

BL Chefoo 1901

 

Local Yunnanfu

 

Local Kuling

 

Local Nanchang

 

Local Ningpo

 

BL Kiukiang

 

Local Kaomi

 

Local Kucheng 1911

 

Local Tibet

 

Chnagsitian Tumbstone

 

Japan CPO Shanghai 1897

 

DaiNippon military CPO

 

British PO Shanghai

 

Russian PO

 

Russian CPO

 

French CPO 1897

 

French PO Langson 1902

 

German CPO 1900

 

HS Foochow 1904

 

Local Changsa 1904

 

Bisect 1906

 

Qing Card DD1897

 

Qing Card 1900

 

Qing Card 1907

 

Qing Card 1910

 

Stationer card 1911

 

Postal Commisioner 1911

 

Lunar Date 1911

 

BLD Chungking 1909

 

BLD Peking 1910

 

BLDP Bilingual Date postmark

 

Belgian China P.O.

 

Local Postmark 1894

 

 

1897

January,1st.1897

The Imperial Post Office was planned to inaugurate on January 1st, 1897, and changing the currency used for postage unit from Candarin of Silver to Silver Dollar.

 

Due to some delay on schedule, the Imperial Post Office officially opened

 

on February 20th.1897

 

Initially, Customs issues were overprinted with the new currency until new stamps were issued later that year.

After the Customs Post transformed into Imperial Post, all the Local Post offices closed in 1897 except Shanghai LPO that was absorbed by the I.P.O. The rest of the postal setups still operated until later times.(126)


October 1897

 

The first regular issue – ICP Coiling Dragon – October 1 1897

Since the English inscription on this issue is Imperial Chinese Post, collectors called it as ICP Issue

According to The History of Chinese Postage Stamps Volume II (published December 2004), archives of Imperial Post Office verified that this set of definitives was designed by R. A. de Villard and engraved and printed in Japan by retired Italian artist and master engraver Edoardo Chiossone as a private contractor, and the process employed was typographic not lithographic as its old name suggested.


 

Used One cemt Coilling Dragon brown  postmark  Pa-Kua Beijing

(Dr Iwan collection)

 

Chinese Empire, 1897, Imperial Chinese Post, 50¢ blue green, color error (Scott 94b. Chan 100b), clean o.g., scarce shade,very well centered, VF, Very Fine. Realized HK$ 8,500

 

Chinese Empire, 1897, Imperial Chinese Post Coiling Dragon Series complete (Scott 86-97. Chan 92-103), with 8 additional shades, o.g., overall fresh, F.-V.F. Realized HK$ 22,000

 

 

Chinese Empire, 1897, Imperial Chinese Post Coiling Dragon Series complete (Scott 86-97. Chan 92-103), $2, $5 appear to be no gum, others with large part o.g., vivid bright colors throughout, good to well centered, F.-V.F. setRealized HK$ 18,000

 

Chinese Empire, 1897 (May 27) prepaid subscriber cover from Chungking to Philadelphia, front showing blue “Customs 27 May 97 Chungking” handstamp, with Japan 5s Koban tied by Shanghai 11 Jun 97 IJPO cds from China inland Mission corner card with “Hankow” crossed out and replaced by “Chungking”. Reverse shows brown Shanghai large dollar chop date 7 Jun97, Yokohama 17 Jun transit Vancouver JU 30 transit and Philadelphia Jul 7 receiver. Scarce combination of markings, F.-V.F. Realized HK$ 8,500

 

Chinese Empire, 1897 (Jun 19) prepaid subscriber cover from Chungking to Philadelphia, a lovely cover, with front showing bold, black “Chungking 19 Jun 97 Customes” handstamp, and 5s Japanese Koban, tied by “Shanghai 8 Jul 97 IJPO” cds. Reverse shows a wonderful array of clear markings including brown Shanghai 7 Jul large dollar chop, Yokohama 12 Jul transit, S.F. transit and Philadelphia Aug 9 receiver. Excellent usage, F.-V.F. Realized HK$ 13,000

 

Chinese Empire, 1897 (Jul 5) prepaid subscriber cover from Chungking to Philadelphia, showing on front a lovely strike in black of “Chungking 5 Jul 97 Customs” oval dater along with vertical pair of 5s Japanese Koban which is cancelled “Shanghai 23 July 97 IJPO” cds. Reverse offers a wonderful range of marking including a brown Shanghai 20 Jul 97 large dollar chop, Yokohama 29 Jul transit and Philadelphia Aug 17 receiver. Atrractive and F-VF, a choice coverRealized HK$ 22,000

 

Chinese Empire, 1897 (Jun 9) prepaid subscriber cover from Chungking to Philadelphia, front showing nice strike of “Chungking 9 Jun 97 Customs” oval handstamp, along with 5s Japanese Koban, which is cancelled by “Shanghai 21 Jun 97 IJPO” cds. Reverse shows lovely, brown Shanghai 20 Jul 97 large dollar chop, Yokohama 26 Jun transit, Tacoma, Wash. Jul 16 transit and Philadelphia July 21 receiver. Lovely usage, F.-V.FRealized HK$ 15,000

 

Chinese Empire, 1897 (July 11) cover front from Chinkiang to North Carolina, franked by 5s Japanese Victory issue, tied by clean, “Shanghai 19 Jul 97 IJPO” cds. Front shows at lower left a choice strike in brown of Chinkiang small Customs chop and missionary corner card. Very scarce combination, F.-V.F. Realized HK$ 18,000

 

(10) 1898

(a)The Local provisional courier stamps from Wei Hai Wei Leased Area were Issued.

(b) German Post office in China issued surgharge China on German stamps.

(c) British Postoffice in China Issued postmark A 11-shanghai used on Hongkong stamps ( also issued postmark from another area like cds shanghai and other area)

.

CIP Coiling Dragon – January 1898

Since the English inscription on this issue is Chinese Imperial Post, collectors called it as ICP Issue.

Designed by R. A. de Villard. Engraved by Rapkin and his son (dragon), A. B. Hill (carp) and Joseph (wild goose) of Waterlow & Sons Limited, London. The printing methods used was Line-engraving (Recess printing), with and without watermark.

 

 

 
   

 

 

 

 

1898

 

Chinese Empire, 1898 (Apr 18) cover from Shanghai to Wellington, New Zealand, 10¢ rate with large 10 surcharge, franked with “Large Ten” Chinese character surcharge 10¢ on 30¢ QV (Scott 69a, Yang 54b), postmarked Shanghai cds, Ap/18/98, manuscript “Via Hong Kong Sorres Straits” and reverse Hong Kong “D” Ap/22/98 cds transit and Wellington/NZ 26 My 98 cds receiver alongside, “Large Ten” surcharge is rare, used on commercial cover possibly unique, rough opening, not affecting the attractiveness of this rare coverRealized HK$ 4,500

 

Chinese Empire, 1898 (Jan 4) prepaid subscriber cover from Chungking to Philadelphia, with front showing Chungking 4 Jan 98 large dollar chop along with two 5s Japanese Kobans, which are tied by “Shanghai 22 Jan IJPO” cds. Reverse shows black Shanghai 22 Jan 98 large dollar chop, Yokohama 27 Jan transit and SF Feb 18 1898 Paid All transit andvery light and indistinct Philadelphia receiver. This cover when compared with the other, surrounding covers from thsi missionary correspondence, shows the transition from the Chungking oval to the large dollar dater. F-VF, a lovely item. Realized HK$ 20,000

 

Chinese Empire, 1898, Chinese Imperial Post, 20¢, 30¢ and 50¢, Waterlow & Sons trial color proof in maroon (Scott 104-106 vars. Chan 110-112 vars.), block of 9, overprinted” Specimen” and security punched, without gum as issued, Very Fine. Realized HK$ 20,000

1898 (5 Oct)


 


1st Imperial Postal card Peking to Hungary.

Re-direct to Bosnia …. franked with Coil Dragon 1/2 x6.

Tied by Peking large dollar chop, via British PO in China.

Franked with Hong Kong QV 2c x2.

Tied by Shanghai cds.

 

 

 

 

(11) 1899

(a)The Local provisional courier LKT at Wei Hai wei were issued

(b) The first Russia Imperial Post office in China issued the KHTAH(Kitai) surchaged on Russia stamps were issued.

 

1899

 

Chinese imperial picture postcard sent from Tsung base Kiatsou  9n februaty,26th.1899

 

 

In mid-1899

 

a standard circular cancellation was introduced, having the town name in Chinese above and English below.

 

 

Underneath, the date is expressed in the Western calendar.

 

 

 

Early 20th Century

 

 

Puyi

 

Aixinjueluo Puyi (né à Pékin le 7 février 1906 et mort dans la même ville le 17 octobre 1967), connu sous le nom de Puyi (chinois traditionnel : 溥儀, chinois simplifié : , pinyin : Pǔyí), également orthographié Pou-yi ou P’ou-yi mais appelé également de son nom de règne Xuāntǒng, est le douzième et dernier empereur (末代皇帝) issu de la dynastie Qing, la dernière qui régna sur l’Empire chinois. Il est le fils de Zaifeng deuxième prince de Chun, deuxième fils de Yixuan premier prince de Chun, lui-même septième fils de l’empereur Daoguang. Il est né dans la trente-deuxième année du règne de l’empereur Guangxu.

 

Le dernier empereur (1908-1912)

Guangxu étant toujours sans enfant à 30 ans, sa tante Cixi, l’impératrice douairière de Chine et détentrice réelle du pouvoir, nomme par décret Puyi pour assurer sa succession. L’enfant a alors 2 ans et 10 mois.

Au lendemain de cette nomination, Guangxu décède, et, le surlendemain, c’est Cixi elle-même qui rend l’âme.

L’intronisation officielle de Puyi se déroule le 2 décembre 1908, son père assurant la régence.

À l’époque, la Chine connaît de nombreux désordres, et depuis longtemps la dynastie mandchoue est contestée (révolte des Taipings au siècle précédent, révolte des Boxers de 1899 à 1901, mouvements insurrectionnels du Guangdong et du Guangxi entre 1905 et 1911).

Le général Yuan Shikai, nommé pour mater les mouvements de révolte, et notamment le soulèvement de Wuchang du 10 octobre 1911, se retourne contre le pouvoir en place et pousse le jeune empereur à abdiquer le 12 février 1912, mettant fin à la dynastie Qing et à la période féodale.

 

Prisonnier dans la Cité interdite (1912-1924)

Malgré la proclamation de la République de Chine le 1er janvier 1912, donc quelques jours avant sa destitution de jure et selon les huit “Articles veillant au traitement favorable de l’Empereur après son abdication”, arrangement conclus entre la maison impériale Qing et le gouvernement républicain, il reçoit de ce dernier l’autorisation de conserver son titre et de demeurer – et même de fait est obligé de vivre – dans la Cité interdite. Lui et sa famille garderont l’usage de la « cour intérieure » (partie nord de la cité), tandis que la « cour extérieure » (partie sud) revenait aux autorités républicaines. En outre, il bénéficie d’une liste civile conséquente.

 

En 1917, un général conservateur partisan des Qing, le général Zhang Xun, profitant du désaccord du Président de la République et de son Premier ministre quant aux puissances à soutenir dans le conflit européen de la Grande Guerre, envoie ses troupes à Pékin, soit près de 5 000 hommes. Le 1er juillet 1917, il rétablit Puyi dans sa fonction d’empereur, ce qui suscite une réaction unanime des républicains et des seigneurs de guerre. Le 13 juillet suivant, Duan Qirui, le Premier ministre démis, pousse Puyi à abdiquer de nouveau.

 

Dès 1919, Puyi reçoit une éducation occidentale de son précepteur, un Écossais diplômé d’Oxford, Reginald Johnston (en), officier du bureau colonial britannique parlant le mandarin et féru d’histoire ainsi que de poésie chinoise. Johnston n’est pas vraiment un enseignant, mais exerce une grande influence sur Puyi. Sous sa conduite, ce dernier s’intéresse à tout ce qui vient d’Occident. Grâce à lui, il apprend l’anglais dès l’âge de 13 ans, au point de demander à Johnston de l’aider à lui trouver un nom anglais. Parmi la liste des noms de souverains britanniques que lui procure Johnston, Puyi choisit celui de Henry. C’est encouragé par l’éducation de Reginald Johnston que Puyi coupe sa natte, symbole du pouvoir mandchou (voir article sur les Taipings qui coupèrent leur natte en signe de protestation contre le pouvoir en place).


  

Le prince mondain (1924-1932)

En 1924, dans la tourmente qui entoure le renversement du Président de la République Cao Kun, les accords passés sont annulés. Puyi est expulsé de la Cité interdite, enceinte dont il n’était pas sorti depuis 15 ans, par les troupes de Feng Yuxiang. Il retourne dans le palais paternel.

Il tente, par le truchement de Reginald Johnston, de s’expatrier en Angleterre. Mais, pour ne pas froisser la Chine, les Britanniques lui refusent tout visa. Il se tourne alors vers l’Empire du Japon qui, en 1925, accepte de l’accueillir dans l’enclave de Tianjin. Il y mène une vie mondaine dans les milieux occidentaux des concessions.

 

 

Empereur du Mandchoukouo (1932-1945)

Les Japonais convoitent les richesses de la Mandchourie (fer et charbon, notamment), et à ce titre préservent Puyi, en qualité de représentant de la dynastie mandchoue qui avait encore ses fidèles.

En 1931, le Japon fait la conquête de ce territoire, et crée un état fantoche sous le nom de « Grand État mandchou (ou Mandchoukouo) de Chine ». Malgré les protestations du Guomindang auprès de la Société des Nations, et les déclarations de cette dernière qui considérait que le Mandchoukouo faisait partie intégrale de la Chine, les Japonais placent Puyi à sa tête en 1932, mais sans lui donner de pouvoirs réels.

 

 

Le Japon, soucieux de jeter des bases durables sur le sol chinois, met alors en place un vaste plan d’émigration vers le Mandchoukouo de populations japonaises et coréennes – la Corée ayant été annexée par le Japon en 1910 – le but étant de faire venir un million de personnes en 20 ans. Cet afflux de migrants se fait aux dépens des populations locales qui se voient dépossédées de leurs terres.

Fort occupé à combattre l’influence grandissante du Parti communiste chinois de Mao Tsé-toung, le Guomindang finit par signer un cessez-le-feu avec les Japonais en 1931.

En 1932, la Société des Nations module ses positions quant au problème mandchou en déclarant, que « […] le nouvel état créé est un protectorat plutôt qu’un véritable état indépendant », même si elle préconise l’adoption d’un plan d’intervention internationale pour la Mandchourie ; de ce fait, le Japon quitte la SDN le 27 mars 1933.

Puyi veut regagner son titre d’empereur ; c’est une quasi obsession. Aussi, en octobre 1933, quand le Japon en quête d’une image moins conquérante et d’une certaine légitimité lui fait la proposition de reprendre son titre impérial, il accepte, malgré les innombrables victimes de guerre chinoises et la spoliation des terres au bénéfice des immigrants nippons et coréens.

Le 1er mars 1934, Puyi, sous le nom de « Kangdle », est sacré Empereur pour la troisième fois.

Puyi espère que cette intronisation n’est qu’une étape, et qu’une victoire du Japon en fera de nouveau l’Empereur de toute la Chine.

 

Toutefois, les exactions japonaises dans le pays, ainsi que l’influence de celle qui sera sa deuxième concubine, Tan Yuling, une Chinoise d’origine mandchoue, amène Puyi à s’affirmer devant ses « amis » japonais et à s’opposer à eux. Aussi, pour resserrer les liens entre l’Empereur et ses alliés, un mariage est-il célébré en 1938 entre l’un des frères de Puyi, Pujie, et la princesse Hiro Saga, parente de l’Empereur Hirohito. Au cas où Puyi viendrait à disparaître sans descendance, Pujie porterait le titre impérial. Mieux encore, un enfant mâle issu de ce mariage, donc de sang mêlé chinois et nippon, ferait un Empereur idéal pour le Mandchoukouo. Pujie et Hiro Saga ont bien un enfant, mais c’est une fille. Quant à Tan Yuling, elle décède en 1942, à l’âge de 22 ans. Puyi, qui lui portait une réelle affection, aura toujours un doute sur la cause de ce décès puisqu’elle était soignée par un médecin japonais.

 

Puyi et Hiroito

Le Guomindang s’alliant au Parti communiste chinois contre l’envahisseur nippon, Puyi n’a d’autre solution que continuer à appuyer les Japonais. Son sort est lié au leur, et à l’issue de la guerre, non pas celle qui oppose simplement deux pays d’Asie, mais celle qui embrase le monde entier.

 

Le 17 août 1945, deux jours après la capitulation du Japon, Puyi abdique pour la troisième fois.

Afin d’assurer sa sécurité, les Japonais l’invitent à s’envoler pour le Japon. L’avion atterrit à Shenyang et Puyi est arrêté par les Soviétiques. Très probablement a-t-il été livré aux Russes par ses protecteurs, bien que ce point n’ait jamais pu être élucidé.

 

Prisonnier des Soviétiques (1945-1950)

Le 19 août 1945, Puyi se retrouve en résidence surveillée à Tchita, dans le sud de la Sibérie, puis à Khabarovsk.

En août 1946, il est entendu comme témoin au Tribunal militaire international de Tokyo, dont le but est de juger les criminels de guerre en Asie. De témoin à accusé la distance est mince, mais Puyi sait se préserver. À l’issue de son audition, qui dure sept jours, le Guomindang demande son extradition vers la Chine, ce que refuse l’Union Soviétique qui soutient le Parti Communiste Chinois.

En Chine, le conflit qui oppose les nationalistes aux communistes tourne à l’avantage de ces derniers. Pressentant le pire, et craignant pour sa vie s’il devait retourner dans son pays, Puyi demande à Staline à rester définitivement en Union Soviétique, mais sa lettre demeure sans réponse.

La République populaire de Chine est proclamée à Pékin le 1er octobre 1949 par Mao Tsé-toung. Quelques mois plus tard, au début de 1950, Mao en voyage en URSS demande l’extradition vers la Chine de Puyi et des autres dignitaires mandchous exilés avec lui. Staline accepte.

 

La rééducation (1950-1959)

Puyi est transféré dans le « camp de rééducation pour criminels de guerre » de Fushun, sous le matricule 981. La guerre de Corée éclate en septembre 1950. Quelques mois après, et du fait de la proximité de Fushun avec la frontière sino-coréenne, Puyi est transféré dans un autre camp à l’intérieur du pays où il reste deux ans. En 1954, quelques mois après la fin du conflit coréen (27 juillet 1953), il retourne au camp de Fushun.

Une enquête est diligentée sur place en vue d’un procès éventuel. Accablé par les confessions de ses amis et de sa famille, Puyi est reconnu coupable de nombreux crimes contre le peuple chinois et le PCC, au premier chef figurant la conspiration avec le Japon.

Puyi rédige alors une confession dans laquelle il fait amende honorable, ce qui lui vaudra la clémence du « Grand Timonier » qui optera pour sa « rééducation » plutôt que pour son exécution.

Un peu plus tard, en septembre 1959, Mao Tsé-toung décrète l’amnistie de certains criminels de guerre, dont Puyi.

 

Un Chinois comme les autres (1959-1967)

Commence alors une nouvelle vie pour l’ancien empereur. Ainsi, pour le nouvel an de l’année 1960, Zhou Enlai le convoque et, comme le raconte le demi-frère cadet de Puyi, Puren, dans le film “Puyi. The Last Emperor of China” (cf infra), le premier ministre lui suggère d’écrire le livre de sa vie. Il lui trouve également un travail de jardinier au Jardin botanique de Pékin.

 

 

Quelque temps plus tard, c’est Mao Tsé-toung lui-même qui le reçoit, et qui lui conseille également de rédiger son histoire. De plus, il lui préconise de se remarier.

Ces conseils sont suivis. En avril 1962, Puyi épouse une infirmière, Li Shuxian, et la confession de Fushun sert de base au livre qui sort en 1964, sous le titre “La première moitié de ma vie”. Cet ouvrage est traduit dans de nombreuses langues. En France, il est édité par Flammarion sous le titre “J’étais empereur de Chine”. Il faudra attendre 2007 pour que paraisse la version intégrale, la précédente ayant été expurgée de 160 000 mots[réf. nécessaire].

Il devient ensuite bibliothécaire au sein de la Conférence consultative politique du peuple chinois, avec un salaire de 100 yuans par mois, avant de devenir lui-même membre de cette institution en 1964, et ce jusqu’à sa mort.

La Révolution culturelle vient troubler cette quiétude : ses revenus sont réduits, son mobilier en partie confisqué. Mais il évite l’humiliation publique comme la pratiquaient couramment les gardes rouges.

Peu après, ses médecins diagnostiquent un cancer des reins et de la vessie.

 

 

Puyi et Wan Rong, vers 1920.

 

Famille

    • L’Empereur a eu deux épouses :
      • Sa première épouse est Wan Rong (婉容) (1906 – 1946). Ils se marient en 1922, et elle porte le titre d’Impératrice. Capturée par les communistes, elle meurt empoisonnée à la prison de Yanji en 1946.
      • Sa seconde épouse est Li Shuxian (李淑賢) (1925 – 1997). Ils se marient en 1962.
    • Il a eu aussi trois concubines:
      • Sa première concubine est Wen Xiu (淑妃) (1909–1953), qui devient concubine impériale en 1922 jusqu’en 1931, date de son divorce.
      • Sa deuxième concubine est Tan Yuling (谭玉龄) (1920 – 1942), morte dans des conditions non élucidées.
      • Sa troisième concubine est Li Yuqin (李玉琴) (1928-2001) qui n’a que quinze ans à l’époque du mariage en 1943. Elle divorce en 1958.

 

Puyi s’est éteint sans laisser de descendance.

    • Il a eu aussi plusieurs frères dont deux ont joué un rôle dans l’histoire de la Chine :
      • Pujie (1907–1994)
      • Puren (1918 – ) (qui prendra plus tard le nom de Jin Youzhi).

 

 

 

Mariage de PUYI en 1922

 

 

 

 

1900

(1)1900

(a)The first CEF Chine Expedition Force sucharge on British India stamps were Issued.

(b) The Japanese Post Office in China issued surchage China in kanji character on Japan stamps.

2.20th Century

(1) 1900

January 1900

 

1900 (19 Jan) The China Gazette Newspaper Hankow to Switzerland, franked Coil Dragon 2c x2, tied by Hankow cds, via Shanghai franked with French PO in China 10c, tied by PO in Shanghai cds.

 

(a)postally used cover send from Tumbstone postmark changsitien post office on LCP stamp to destination shanghai bilingual date postmark jan.6.1900.

 

(b)In 1900, Cheng shih-liang led another uprising at Huichow. Dr Sun instructed Shih Chien-ju and Teng Yin-nan to provide supportive revolutionary activity in Canton. The uprising at Huichow failed. Shih Chien-ju then decided to assasinate Governur Te Shou. He dug a tunnel t the governr’s ffice from a house nearby and planted explosives. But Te Shou was not killed and Shih Chien-ju was arrest and put to death.

 

1900s Russian Railway Post card

 

(c)Joint Force of the eight great powers entering Beijing in August.1900 during the Boxer incident.
The Boxer uprising broke out in the nothern china ,perhaps fearing futher foreign intervention,Cixi threw in her supprt to then anti foteihn bands.The chinese military was unable to preventing the Allied army from marching on Beijing and seizing the forbidden city.
The Chinese military was under equipped and under funded partly because Cixi had earlier consumed precious funds to build a stone Boat of Purity in the old Summer palace.
The British Expeditionary Force Postal in Beijing issued their stamps surcharge C.E.F on india stamps with their own postmark.

 

 

 

 

 

1900’s Tientsin Colour PPC showing “Latest News”.

 

(d) The Japan Imperial Post Office in china issued the surcharge China in kanji char on Japan stamps with their own postmark.

 

1900’s Tientsin Colour PPC showing “Selling Fisches”.

 

 

Look at the front cover of the  postcard

Inside

 


1900s Tientsin Colour PPC showing “Crossing the River”.

(e) London coil dragon stamp 2 cent(2x) used Peking Postmark jul.1-1900 , RH Rober Hart postal used Cover.thirteen Hart covers reprt by Sam Chiu (2001), 11 cover recorded by Li Zha-ning, So few Hert cover this day.Hart had ordered hislatter papers and papers printed with initial R.H. (lok at illustration)

 

(f) Postally used cover with Wuchow Bilingual date postmark July14,1900.

 

(g) German post office in china postmark Tsingtau Kiaurshow cds Mar.24.1900 on bloch four china surcharga on german stamp 10 Pf.

October,29th.1900

 

1900 (29 Oct) PPC Shanghai to Germany, franked with Coil Dragon 1/2c, 1c & 2c (2), tied by Shanghai cds, additional franked with French PO in China 10c, tied by French PO in Shanghai cds, boxed No. 8 postal agency cancel under the French stamp

November 1900

 

1900 (3 Nov) Imperial 1st postal card sent to Germany, tied by Germany Military Exposition cancel, boxed blue cachet & Bromberg arrival cds

 

(2)1901

February,1901

 

As a vital communications link, the North China Railway was captured by Russian forces during operations against the Boxers. Control of the line was subsequently, in February 1901, assigned to the Chine Expeditionary Force (C.E.F.) and a British Railway Administration (B.R.A.) was set up to run it. By international agreement the line was to provide postal services for the other national contingents and also, to a lesser extent, for the civilian population. Travelling post offices were introduced, and on 20 April 1901, a late letter service for which an additional fee of 5c was charged.

 

The B.R.A. stamp (in use for only 30 days) on the cover above was used for the collection of the 5c late letter fee and was affixed to correspondence by a postal official at the railway station. The late fee was abolished on 20 May 1901 and the stamp withdrawn.

The C.E.F. stamps consisted of the 10 ordinary Indian definitives from 3 pies to 1 rupee current in 1900, with various portraits of Queen Victoria.

Ordinary C.E.F. stamps were used on mail transmitted by the railway, recognisable by the special railway cancellations incorporating a C.E.F. number with the words ‘SET NO.’ and ‘IN’ or ‘OUT’ to indicate the direction

( 126,Back O’Bourke,)

Feb 21 1901

 

Peking oval Bilingual Postmark Feb 21 1901 on JCP stamp 2 c and 10 c.

British Post Office Shanghai CDS feb. 21,1901

 

German PO in China 1901 Reichspost opt “China” set

 

 

Chinese Empire, 1901, BRA 5¢ on Chinese Imperial Post Coiling Dragon ½¢ chocolate, green surcharge (Scott 98 var. Chan BRA 1), with usual BRA postmark in blue; odd toning spots, otherwise F.-V.F. Realized HK$ 700

April,20th.1901

 

As a vital communications link, the North China Railway was captured by Russian forces during operations against the Boxers. Control of the line was subsequently, in February 1901, assigned to the Chine Expeditionary Force (C.E.F.) and a British Railway Administration (B.R.A.) was set up to run it. By international agreement the line was to provide postal services for the other national contingents and also, to a lesser extent, for the civilian population. Travelling post offices were introduced, and on 20 April 1901, a late letter service for which an additional fee of 5c was charged.

The B.R.A. stamp (in use for only 30 days) on the cover above was used for the collection of the 5c late letter fee and was affixed to correspondence by a postal official at the railway station. The late fee was abolished on 20 May 1901 and the stamp withdrawn.

The C.E.F. stamps consisted of the 10 ordinary Indian definitives from 3 pies to 1 rupee current in 1900, with various portraits of Queen Victoria.

Ordinary C.E.F. stamps were used on mail transmitted by the railway, recognisable by the special railway cancellations incorporating a C.E.F. number with the words ‘SET NO.’ and ‘IN’ or ‘OUT’ to indicate the direction.

 

June,9th.1901

Why China and Indochina be on this piece:


fragmen cover  with Indochina stamp and china stamps CDS Lung chow 9 jun 1901 and Langson(the border between Vietnam(north) and China south(Kiangshi) 1 jun 1901
If possible, please tell me where Lung Chow is?


‘Longzhou (龙州县; pinyin: LóngzhÅ
u Xiàn) is a county in the Guangxi province of China, near the border with Vietnam (location: 22 21′ N., 106 45′ E.). It is under the jurisdiction of the prefecture-level city Chongzuo.

Longzhou lies in a circular valley at the junction of the Xunjiang and Guijiang rivers.’

So this piece may have travelled across the border.

And by the bye, ‘Langson’ looks awfully like a Vietnamese version of the Chinese name. Perhaps a twin town: one on either side of the border?

 

Lạng SÆ¡n (Langson, è«’å±±) has nothing to do with Lung Chow/Longzhou (龍州 / 龙州). I’ve just checked, and Longzhou borders Vietnam’s province of Cao Bằng, not Lạng SÆ¡n.

My guess is that this must be a philatelic item. In 1901, Longzhou and Langson were under the same control of the French in Hanoi, travel from one place to another was therefore fairly easy.


There is something not right about these stamps and postmarks. The placement of one of the Chinese stamps (postmarked 8 June) overlaps the French Indochina stamp (postmarked 1 June). This makes sense. But the 1 June postmark overlaps onto the Chinese stamp postmarked 8 June.

This could only happen if both the Chinese and French Indochinese stamps were already on the cover when the French Indochinese stamp was postmarked. A week later the Chinese stamps were postmarked. Sounds like a philatelic usage to me

the Chinese cancel is 9 June, and the Vietnamese one 10 days later, 19 June.


In that case both the Chinese and French Indochina stamps would still have to have been on the cover before the Chinese stamp was postmarked 9 June because the Chinese stamp overlaps the French Indochina stamp. The French Indochina stamp was then postmarked 19 June with the postmark overlapping onto the China stamp.

An interesting problem.


 

July,16th.1901

 

Chefoo bilingual date post mark 16 jul 01 on LCP stamp.

 

August,16th.1901

 

Imperial 2nd postal card reply portion 1901 (16 Aug) Nanking to Germany, additional franked with Coil Dragon 5c x5, tied by Nanking cds, bottom with German ship cancel & arrival cds

 

Chinese Empire, 1901 (Nov 28) registered combination cover from Chunkiang? to Yokohama, Japan, a neat standard size envelope, franked with pair of 10¢ green coiling Dragon tied by bisected light cds with 10s Kiku Blue offices in China vertical pair alongside tied by dark blue Shanghai IJPO 16 Dec 01 dater. IJPO Shanghai registration label applied with straight Registered handstamp in purple. Large red “R” handstamp in Red alongside, docket 4198 in blue, red wax seals over flap on reverse. A clean neat colorful cover, Very Fine. Realized HK$ 6,000

 

 

Chinese Empire, 1901 (April 21) picture post card from Chefoo to Italy, franked on front by 4¢ Coiling Dragon tied by Chefoo 4/21 cds, while address side bears pair of 2¢ hong Kong Victoria’s tied by Shanghai Ap 26 01 British PO transit, Shanghai 25 April Chinese PO transit and Roma Jun 28 receiver. neat and Very Fine, nice usageRealized HK$ 1,800

German Offices in China, 1901 (Feb. 2)

 

 

oversized cover from Tsingtau to Germany, franked with 30 pf pair overprinted straight “China” issue, tied with Tseingtau standard German Offices cds alongside bearing small surcharge ½¢ on 3ca Dowager, Coiling Dragon issue ½¢, 1¢, 2¢, 4¢, 5¢, 10¢. 20¢, 30¢ and 50¢ lightly postmarked oval “Kiaochow” cancels, due to light cancellations all the stamps further cancelled by blue crayon diagonal strokes, also registered handstamp being crossed out, on reverse oval transit in black and German receiver alongside, a colorful cover with two punched holes on left edge of envelope NOT affecting stamps, a Fine cover. Realized HK$ 1,300

1902

(3)1902
Postally use cover with Franch Indochina Lang Son Tonkin CDS 10 SEp 02 on LCP 2 cent to arrival Hanoi Tonkin CDS on French Indochina stamps

 

 

Chinese Empire, 1902 (Dec 18) First Issue post card usage from Chungking to Philadelphia, 1¢ card uprated by 1¢ and 2¢ Coiling Dragons, all tied by Choice strikes of Kweiyang double-margin tombstone chops. Front additionally shows Chungking 18 Dec 02 cds, Shanghai bilingual 3 Jan 03 cds along with French PO Shang-Hai 3 JANU 03 cds, Nagasaki 6 Jan transit, Yokohama 8 Jan transit and Phila Jan 31 1903 arrivial. A spectacular card with wonderful eye-appeal, F-VF, a beauty! Realized HK$ 15,000

 

Chinese Empire, 1902, Chinese Imperial Post Coiling Dragon, 1901, ½¢, 1¢ and 2¢ in ultramarine, overprinted “Specimen” (Scott 110, 111, 112 vars.), a vertical strip of 3, unpunched (quite unusual), overprinted “Waterlow & Sons Ltd, Specimen”, without gum as issued, Very Fine. Realized HK$ 5,000

 

Chinese Empire, 1902, Chinese Imperial Post Coiling Dragon, 4¢, 5¢ and 10¢ in blue green, overprinted “Specimen” (Scott 113, 114, 116 vars.), a left margin vertical strip of 3, each stamp punched at bottom left, overprinted “Waterlow & Sons Ltd, Specimen”, without gum as issued, pristine, Very Fine and choiceRealized HK$ 4,500

 

 

Chinese Empire, 1902, Chinese Imperial Post Coiling Dragon, 4¢, 5¢ and 10¢ in orange brown, overprinted “Specimen” (Scott 113, 114, 115 vars.), a left margin vertical strip of 3, each stamp punched at top right, overprinted “Waterlow & Sons Ltd, Specimen”, without gum as issued, Very Fine, scarceRealized HK$ 3,800

 

Chinese Empire, 1902, Chinese Imperial Post Jumping Carp, 30¢ and 50¢ in violet, overprinted “Specimen” (Scott 117, 118, 119 vars.), a vertical strip of 3, each stamp punched at lower left, overprinted “Waterlow & Sons Ltd, Specimen”, without gum as issued, Very Fine and choice. Realized HK$ 2,400

 

 

 

 

1902-03 Flying Geese $1

 

 

Followed by the Boxer of the change and the Russo-Japanese War, the Qing government aware of the reconstruction of the Navy is still the only way.

1902 onwards,

a large number of former Northern naval officer to open recovery officer, and the establishment of the Naval Academy, from the talent to start rebuilding the Navy.

[ 转自

 

 

 

 

German Offices in China, 1902 (Oct. 2)

 

postcard from Tongku to Germany, German black & white photo postcard, on front franked with 5pf green with straight “China” overprint tied by Tongku/Deutsche post cds 2 Oct/02 with bilingual Tongku bisected postmark and Lwickau/German receiver 10/11/02 alongside on picture side, bearing ICP Coiling Dragon ½¢ brown pair, large 1¢ on 3¢ Red Revenue and 2¢ red Coiling Dragon, tied by bilingual bisected Tongku cds 2/Oct/02. 1¢ on 3¢ Red Revenue with surcharge shifted to the right, Very Fine, Royal Philatelic Society photo certificate.
Estimate HK$ 5,000 – 6,000

 

 

 

 

 

 

1903

January,10th.1903

 

1903 (10 Jan) post card Shanghai to Cuba, additional franked Coil Dragon 4c, tied by Shanghai cds, alongside with Shanghai French PO cancel, via USA San Francisco transit, with Cuba arrival cds

 

 

Chinese Empire, 1903 & 1906 uprated 1¢ postal card usages to Philadelphia, two 1¢ cards, comprised of Oct 1903 card, uprated by 1¢ & 2¢ marginal coiling Dragons tied by Shanghai cdss to Philadelphia, plus a lovely 1906 1¢ uprated card with lunar cancels and tombstone branch marking to US as well. Interesting pair, F-VFRealized HK$ 7,000

October 1903

Bisect stamps

October,22th.1903

 

A stamp cut into two parts, each part paying postage to the amount of half the face value of the complete stamp. This practice has been authorized to overcome a temporary shortage of certain denominations. The most famous bisect is the Foochow Bisect, popularly called 颶風票 – hurricane stamp or 颱風票 – typhoon stamp by collectors.

On October 22, 1903, because of the shortage of 1 cent stamps, the postmaster of Foochow ordered that the 2 cents red coiling dragon stamps to be bisected diagonally into two halves. Each half stamp was used as 1 cent and handstamped with a specially made boxed “Postage 1 Cent Paid” rubber stamp. This bisect was used from 22 to 24, three days only.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s